Archives de tags | chimiothérapie

6 ème !…

6 birds

Hier, mardi 27 aout 2013, c’était ma 6ème… Moins glamour qu’un certain n°5, il est vrai, mais quand même…
6ème et dernière chimio… Lorsque je suis arrivée à l’hôpital, j’ai longuement discuté avec mon cancérologue de cette dernière séance. Il m’a redit, que je pouvais ne pas la faire, si cela m’ était trop difficile… Aussi tentant que de reprendre un petit macaron…

macaron bird

Mais j’ai tenu le coup, et j’ai maintenu ma décision, d’aller jusqu’au bout…
La chimio, et je ne le savais pas, avant de commencer, est un traitement complètement personnalisé. Chaque malade, a donc sa petite préparation personnelle, avec des dosages appropriés. Aucune chimio ne peut donc être comparée à une autre, ni dans sa durée, ni dans ses effets. Me concernant,  la 4ème et 5ème séance, ont duré 7 h sur place… Autant dire une éternité… surtout pour l’oiseau si impatient que je suis… Et puis, les dosages ont été de plus en plus corsés, ce qui a été difficile à supporter.
Hier donc, j’ai accepté la dernière, et j’en suis fière comme un paon… Fière d’avoir été jusqu’au bout, fière d’être à la fin de toute cette galère…
Enfin, le traitement est très loin d’être terminé… Dans 3 semaines, je commence mes deux mois de rayons, en parallèle d’une nouvelle série de 18 autres chimios. Mais je sais qu’elles ne seront en rien comparables aux 6 qui s’achèvent, et que les effets secondaires seront sans comparaison…

Aujourd’hui, je suis un petit légume végétatif, qui se traine avec une difficulté infinie, mais peu importe, je crois bien que je suis le petit légume végétatif le plus heureux du monde ! Je sais que bientôt mes cheveux vont repousser, mes cils et mes sourcils également… Petit à petit, je vais retrouver une apparence normale, et refaire du shopping « mascara » !!!… Rien que cette idée m’aide à tenir le coup…

Et puis, cette dernière chimio, hier, a été marquée par un très joli nouvel achat… Jeudi dernier, mes parents sont venus passer quelques jours chez moi. Samedi, nous sommes allées dans une grande salle des ventes, tout près de chez nous. Alors que je déambulais dans le dédale des pièces, je suis tombée en arrêt devant un adorable bureau. Je cherche alors partout mon andalou pour le lui montrer, et pas d’andalou à l’horizon ! Disparu ! Je tourne, je retourne, ne voulant pas trop m’éloigner du bureau convoité, et heureusement, j’aperçois l’oiseau de mon cœur, qui semble, lui aussi, me chercher partout… Il arrive enfin près de moi, me disant qu’il tient absolument à me montrer un meuble, qu’il a repéré… Son meuble en question, est justement mon petit bureau ! Heureuse coïncidence, quand même…
Coup de cœur pour tous les deux… Le meuble est en très bon état, pour son ancienneté, mais le prix un peu conséquent. Nous décidons de prendre les dimensions, et de nous accorder un peu de temps de réflexion.
Lundi matin, mes parents, au moment de leur départ, nous reparlent du bureau, qu’ils trouvent également très joli, et nous annoncent qu’ils nous en font cadeau… Très jolie surprise…

Hier, pendant ma chimio, mon andalou s’est absenté pour un RV professionnel, du moins, c’est ce que je croyais… A notre retour à la maison, il a ouvert le coffre, et j’ai vu mon petit bijou de bureau, qu’il était aller récupérer, de peur qu’il s’envole chez quelqu’un d’autre…! J’étais vraiment, mais alors vraiment trop contente !…

bureau

Cette 6ème séance, finalement, que du bonheur !…

enjoy bird

Publicités

Psychopathe !

mad bird (500x358)

Imaginez, un pauvre type, avec une vie minable, abandonné par sa femme, délaissé par ses enfants, raillé par ses collègues, et n’ayant aucun centre d’intérêt… Une existence lugubre, sans joie, sans sourire, sans pétillement, sans jolies surprises…
Une existence tellement insignifiante, et morne, qu’elle ne pouvait mener, qu’à emprunter le chemin  de la vengeance perverse…
Et,  pauvre de moi, j’ai croisé la route de ce psychopathe anonyme, dont la seule lueur de plaisir est de faire souffrir…
Comble de l’horreur, ce psychopathe travaille pour un laboratoire pharmaceutique…
Cela parait un peu fou, non ? Et pourtant, je peux vous assurer, pour en être l’involontaire victime, que parfois, mieux vaut s’abstenir de soulager ses petits ou grands maux…

blue swallow

Sur les conseils de ma pharmacienne (dont je ne vais plus jamais solliciter l’avis, assurément…), j’ai acheté, pleine de confiance et d’espoir, ce truc :

urgo aphtes (500x375)
Il faut dire que la chimio me provoque des aphtes monstrueux… Et lorsque je dis monstrueux, je pèse mes mots…
J’ai donc chargé mon andalou, de l’application de ce pansement liquide, supposé me soulager immédiatement… Et là, franchement, cela a été à deux plumes que je lui saute à la gorge, l’étripe sur le champ, et demande le divorce dans les 3 minutes… J’ai ressenti une douleur si insupportable, que je ne peux même pas trouver les mots pour la décrire…
Et puis, ensuite, cela a été un gout immonde dans la bouche… Franchement, je rigole, lorsque je lis sur la notice que ce produit  laisse un film protecteur qui permet de s’alimenter… Alors pour le film protecteur, oui, si on veut… Mais l’amertume qui persiste, croyez moi, vous ôte toute envie de déguster de petites framboises juteuses et parfumées…

framboise et oiseau (500x333)


Du coup, vous allez vous brosser les dents furieusement, pour retrouver une haleine fraiche, et là, bada boum, le film protecteur s’évapore en un instant…

Alors bon, peut être que pour un aphte minuscule (mais alors vraiment minuscule…), ce truc de psychopathe est peut être efficace, mais pour le reste, passez votre chemin, et fuyez au plus vite !… foi d’hirondelle traumatisée à vie par un vengeur masqué, créateur de douleur…

not happy bird

Du faux, pour de vrai…

peigne hirondelle (472x500)

Ce matin, j’ai demandé à mon andalou, de  mesurer la longueur de mes cheveux, j’ai mis ma jolie barrette « chat » et après une petite photo souvenir, (que voulez vous, je suis un oiseau sentimental…) je suis allée chez le coiffeur…

cheveux hirondellina (600x450)
Alors là, je sens, comme une ombre au tableau…

swallow (500x367)

Vous êtes surement en train de vous dire, que l’hirondelle débloque gravement, et qu’elle va vous faire maintenant, des trucs du genre :
« Ce matin, je suis allée faire des courses », le lendemain, « ce matin j’ai fait la vaisselle du petit déjeuner »…, pour finir, par le scabreux « ce matin, je me suis levée, et j’ai fait pipi »…

Bon, rassurez vous, je n’en suis pas encore là, et ma dignité persiste quelque peu…

Donc, (parce que, désolée, vous n’allez pas y échapper…) ce matin, je suis allée chez le coiffeur, avec mes cheveux blonds de  34 cm de long… Étrange idée de connaitre la longueur de ses cheveux, non ? C’est bien la 1ère fois de ma vie, d’ailleurs, que j’ai cette envie…

barrette hirondelle

Parce que voilà… ce matin, 14 jours après ma 1ère chimio, c’était LE jour des cheveux…

Lorsque j’ai vu la tondeuse arriver, je l’avoue, gloups, j’ai eu le cœur carrément serré,  et j’ai demandé à tourner le fauteuil… Je pensais pouvoir me regarder, dans le grand miroir, mais bon, quand même, personne ne pouvait m’obliger à me transformer, comme ça, en deux secondes, en super hirondelle, non ???

super birdJ’ai serré à mort, la main de mon andalou, et tout est allé très vite… En un instant, je me suis retrouvée, légère comme une plume…

plume hirondelle (500x333)
J’ai passé ma main sur mon crane, où il ne restait qu’un duvet de 1 mm, toujours sans me regarder, et j’ai vu, dans le regard, et le sourire de mon andalou, que finalement, ce n’était pas si catastrophique que cela…

Alors, j’ai osé me regarder… Pour être honnête, je ne ressemblais ni à une princesse égyptienne antique (dommage, pour moi qui suis passionnée d’archéologie…), ni à Grace Jones, mais franchement, c’était largement moins pire que ce que je pouvais imaginer… Il parait même, selon les deux responsables de l’institut, que j’ai la chance d’avoir « une très belle forme de crane »… Hum… comment dire… ce genre de compliment, me glisse quand même un peu sur les plumes… Ce qui est certain, par contre, c’est une mise en valeur assez incroyable des traits, et des yeux… A ne pas se reconnaitre !…

Puis, cela a été les essayages, de 2 modèles conçus pour moi… De la haute couture capillaire, pourrait on presque dire ! J’avais déjà, été 3 fois dans cet institut, pour définir couleur et forme souhaitées, et je n’ai pas été déçue… J’ai opté immédiatement pour le 1er modèle, le second me faisant ressembler à Marylin, la bouche en cœur en moins !… Mes nouveaux cheveux sont légèrement plus courts que mes ex vrais, suivant mon envie, et d’un blond quasiment identique. J’ai opté pour une coupe un peu différente, et mon andalou adore ce changement…

Je suis ressortie, comme j’étais entrée, avec des cheveux, plus vrais que nature, au toucher et à la vue, et cela a été un soulagement indéfinissable…

hirondelle barrette
Nous somme allés, ensuite, dans un petit restaurant thaïlandais que j’aime beaucoup… Le restaurant était plein, et pas un regard pour mes cheveux !

Incroyable, ce bonheur, d’être comme tout le monde, et de ne pas afficher la maladie…

Je me sens renaitre, après ces deux derniers jours, à constater le désastre de cheveux tombant par poignées entières…

keep-calm-and-tell-houston-we-have-a-problem -

En ce moment, il fait un temps épouvantable, et pourtant, j’ai plein de soleil dans le cœur, et cela me fait un bien fou !…

Et comme, ma nouvelle coupe comporte une longue mèche tombante, je vais aller fureter sur le net, me dénicher une jolie barrette hirondelle…

barette (500x380)

A coup sur, dans 6 mois, je suis devenue une it girl de la fashion week capillaire !… (on fait semblant de croire que cet évènement mondain existe, parce que, l’hirondelle, dépourvue de vrais cheveux, dispose néanmoins, et toujours, d’un vrai bec acéré !… )

Enjoy !…

enjoy hirondellina (500x405)

Aujourd’hui…

chimio hirondellina

Ce matin, je me suis levée, après une nuit sans sommeil, le cœur serré par une tristesse infinie, en pensant à cette journée… En plus, il faisait un temps magnifique… Et moi, qui n’aime que le soleil, cela a ajouté, à ma peine, de ne pouvoir en profiter…

Je n’avais pas faim, mais il a fallu que j’avale quand même quelque chose, pour limiter les dégâts…
Sur le trajet, dans la voiture, je n’ai pas dit un mot, et mon andalou, a respecté ce silence. J’avais mille questions, qui se bousculaient dans ma tête… J’avais, pourtant, presque déjà toutes les réponses, mais malgré tout, j’avais la sensation atroce d’aller complètement vers l’inconnu…
A un moment donné, je me suis dit que j’avais été d’une stupidité sans nom, pour avoir donné mon accord à tous ces mois de galère, qui allaient suivre… Mais avais-je vraiment le choix ? N’aurait il pas été plus monstrueux encore de refuser, plutôt que de me plier ?

En arrivant, après les inévitables formalités administratives, mes jambes tremblaient… Je n’avais qu’une idée en tête, m’enfuir de cet endroit…
Dans le long couloir, j’enrageais, en me répétant sans cesse : « Mais qu’est-ce que je fais là ??? »
Si seulement j’avais pu m’enfuir…

hirondellina chimio

Je suis arrivée dans la petite salle d’attente… Une femme était déjà là. En me regardant, elle a souri, d’un sourire un peu complice, parce que nous étions là, toutes les deux pour la même chose… J’ai détesté ce regard. Je ne me sentais en rien proche d’elle, et j’ai détourné les yeux, sans répondre à son sourire.
Je me suis assise, en tenant toujours très fort la main de mon andalou, et je me suis sentie honteuse. Alors, j’ai regardé à nouveau cette femme, et comme pour m’excuser un peu, je lui ai juste dit : « c’est la 1ère fois »… Elle s’est levée, est venue s’asseoir, sur la chaise vide, à coté de moi. Elle a mis sa main sur mon bras, et m’a dit « Ne vous inquiétez pas, cela va aller… moi, c’est la  3ème fois »…

J’ai été bouleversée par ce geste si compatissant, d’une inconnue, qui deux minutes auparavant, m’était tellement indifférente…
Je me suis mise a pleurer, sans pouvoir m’arrêter… A ce moment là, quelque chose en moi, a changé. Je crois que j’ai pris conscience, que j’ai accepté enfin, que elle et moi, toutes les autres et moi, avions quelque chose en commun…

Peut être qu’à ce moment là, le déni  s’est un peu envolé, comme les hirondelles à l’automne…

Et puis ensuite, on est venu me chercher, et cela a duré des heures et des heures…

J’avais apporté de la lecture, mais je n’ai pas pu lire. Mon andalou et moi sommes restés, pendant toutes ces heures, serrés l’un contre l’autre… Je sentais combien il aurait voulu être à ma place, et j’ai pensé, une fois encore, combien j’avais de la chance, de l’avoir à mes côtés…

chimio-hirondellina

Pendant ce temps interminable, nous avons parlé, encore et encore… Nous avons parlé du présent, mais aussi beaucoup de l’avenir… De nos projets, de notre futur voyage de noces, de tout ce que nous ferions après

Tout cela, a été enfin terminé…

Au retour, comme a l’aller, je n’ai pas parlé. Je me suis concentrée sur ce que je ressentais, me demandant si quelque chose, dans mon corps avait changé. Pas grand-chose, en fait, à part une certaine lassitude, et une bonne migraine…
A la maison, je me suis allongée sur le canapé. Pendant que mon andalou me préparait un thé, j’ai entendu les enfants rentrer. J’ai fermé les yeux, pour ne pas croiser leurs regards, et répondre à leurs questions. Je voulais rester dans ma bulle, avant que les « ennuis » commencent… Les « ennuis », mot banal, pour parler des effets secondaires… J’ai senti un petit bisou, sur l’épaule, et j’ai entendu « elle dort »…
Je ne dormais pas, je pensais juste à demain, après demain… à celle que j’allais devenir, ou que j’avais peur de devenir… à cette femme, dans la salle d’attente, seule, avec un visage si creusé… Je pensais aussi à quel point, peut être, ma vie allait changer, et à ce que j’allais pouvoir retirer de tout cela…

Comme beaucoup, je m’attache à certaines dates… Des dates heureuses…

Le mois de mai, est pour moi, un mois très heureux, parce que c’est le mois de ma rencontre avec mon andalou, et ce mois de mai 2013, est d’autant plus important que le nombre d’années est particulier…

Le mois de mai sera maintenant un mois moins joli…
Il est des dates dont on veut se souvenir, parce que le bonheur y est associé. Et puis, il y a d’autres dates que l’on voudrait oublier, parce qu’elles marquent un avant et un après

Si j’écris ces quelques lignes ce soir, c’est dans l’intention de les relire, un jour, le jour où ce cauchemar aura pris fin… Je le fais,  pour garder une trace de ce jour que j’aimerai déjà effacer, mais qui existe, de ce jour fantôme, 1er jour de beaucoup d’autres…

Aujourd’hui, 7 mai 2013, c’était ma 1ère chimio…

believe-hirondellina